Presse

Reportage TV Allemande

Tablettes Lorraines

article tablette lorraine.jpg

Reportage TV France 3

Radios campus Lorraine

http://www.radiocampuslorraine.com/louvre/

Factuel ENT

Donner la possibilité à chaque foyer de posséder son propre potager, c’est l’objectif que s’est fixé Antony Thirion, étudiant en 5ème année de pharmacie filière Industrie (DFA-SP2). Pour réaliser son projet, il lance la création en novembre 2016 de la Start-up « Pousse-légume » et choisit le Statut Etudiant-Entrepreneur qui lui permet d’avoir un accompagnement du Pôle entrepreneuriat étudiant de Lorraine (PeeL). « Le PeeL m’offre un réseau exceptionnel de partenaires, créateurs d’entreprises ou organismes d’accompagnement. Je profite également de nombreux contacts au niveau de l’Université de Lorraine pour ma recherche de compétences ».
Amoureux de jardinage, Antony est frustré de ne pas s’adonner à son hobby coincé dans sa chambre d’étudiant. Il imagine alors de faire venir le potager à l’intérieur. Son « Pousse-Légume » est une mini-serre potagère modulable, éco-responsable, hydroponique, biocontrôlée via un logiciel et connectée via une application mobile. Elle devrait permettre à tous en plaçant une simple pastille contenant des graines dans le dispositif, de récolter à domicile petits légumes, fruits, bulbes, plantes aromatiques ou fleurs. « A l’heure où les consommateurs sont de plus en plus exigeants sur la provenance des produits, j’ai compris que mon projet répondait à de nombreuses problématiques aussi bien sociétales qu’environnementales » analyse l’étudiant.
En très peu de temps, Antony a réussi à fédérer autour de lui une petite équipe de 4 personnes constituée d’étudiants et de jeunes diplômés. Il assure dans la structure, les recherches sur les solutions nutritives des plantes, tandis qu’un manager de projet et 2 ingénieurs industriels développent les autres aspects du projet. L’équipe travaille dans l’espace de co-working d’ARTEM , ainsi qu’au PeeLaB, un environnement qui permet à Pousse-légume de travailler avec d’autres start-up sur l’élaboration du produit. « La mise en place du pousse-légume nécessite le développement de logiciels et de 4 à 9 mois de test en laboratoire sur nos solutions nutritives. SOS futur et la plateforme Vegelab vont nous épauler sur ces problématiques. Nous recherchons activement des partenaires pour industrialiser nos serres… ».
Mais avant les phases de test, Antony doit lancer sa première campagne de crowdfunding qui financera une dizaine de prototype. Il espère d’ici 2018 produire une vingtaine de modèles qui seront mis à disposition des écoles, restaurants et maisons de retraite…

L’EST Républicain

20170120_125503

Grand Oral du PEEL